mercredi 7 mars 2018

Une ado comme beaucoup d'autres

Il y a parfois, voire souvent, des films couronnés dans les festivals ou lors des cérémonies planétaires qui font pâle figure à côté d’autres longs métrages que l’on découvre au hasard ou presque. « Lady Bird » de la cinéaste Greta Gerwig fait partie de ces perles cinématographiques qui vous émerveillent.

Lady Bird est une ado de bientôt 18 ans, vivant à Sacramento, capitale administrative de la Californie, au temps de Bush fils, terminant ses études au lycée et ambitionnant d’entrer dans une université de la côte Est. Sauf que ses parents approchent de la soixantaine, le père est au chômage, la mère trime dans un hôpital, et des études là-bas, du côté de New York, ça coûte cher.

On a là tous les ingrédients d’une jeunesse avide de s’insérer dans la société, avec pour Lady Bird l’éveil à la sexualité, le copain découvrant son homosexualité, le conflit mère/fille, la copine obèse qui a recours à la mal bouffe.

Greta Gerwig dépeint une famille très modeste sans pour autant connaître la misère. Elle habite de l’autre côté de la voie ferrée, là où on n’est pas riche, les parents ont recueilli deux jeunes immigrés aujourd’hui ados, la télé parle de la guerre en Irak, on va à la messe, mais la jeunesse s’interroge sur la religion d’autant qu’ils sont scolarisés dans un lycée catholique.

Mais le thème central est bien sûr le conflit mère/fille, avec deux actrices remarquables, chacune persuadée que l’autre ne l’aime pas. Situation sans doute fréquente, mais parfaitement décrite, avec une première scène où l’ado ouvre la portière alors que sa mère est au volant, et bascule dans le vide. Un plâtre la suivra plusieurs semaines. Scènes de la vie quotidienne d’une lycéenne, d’une mère trop tatillonne, exigeante, et d’un père qui tente de garder des liens étroits avec sa fille.

In fine, l’ado qui s’était donné un surnom, Lady Bird, entrera dans une autre vie, celle des adultes, en entrant à la fac, et en reprenant son vrai prénom, celui que lui ont donné ses parents, Christine. Admirable !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'oubliez pas de signer votre commentaire (nom ou prénom ou pseudo...)