dimanche 7 janvier 2018

Decouflé mélange les arts avec à propos

Photo Laurent Philippe
Philippe Decouflé est connu très largement du public français depuis les cérémonies des JO d’Alberville en 1992. Il présentait ces jours-ci à Chaillot, dans cette magnifique salle Jean-Vilar, des « Nouvelles pièces courtes ». Il y reviendra en mai prochain avec un programme différent, mais toujours composé de ces pièces où il mêle danse, théâtre, vidéos, musique et chansons. Ce qui n’est manifestement pas pour me déplaire, considérant que le mélange des arts est l’avenir de la culture (je tiens d’ailleurs le même discours concernant les sports).

Au programme, cinq pièces, mais qui pourraient en faire beaucoup plus tant certaines se décomposent en plusieurs « sous-pièces », telles des poupées russes, utilisant divers instruments avec lesquels Decouflé joue, les artistes s’en servant pour leur usage normal, ou pour autre chose, l’objet devenant alors simple outil au service du danseur. On a droit à un piano, une barre fixe, un micro descendant des cintres, des valises…

Decouflé sait plaire au public, c’est indéniable. Les lignes sont propres, tout s’enchaîne à merveille, la musique, classique ou contemporaine, colle parfaitement à la chorégraphie, les vidéos qui viennent en complément du travail des danseurs sur scène, ou qui prennent parfois la place première, l’œil du spectateur abandonnant le danseur sur le plateau, offrent une beauté harmonieuse, les costumes (kimonos aux multiples couleurs) donnant une empreinte exotique au spectacle. Decouflé sait aussi utiliser les trois dimensions, avec les bras, jambes et tête s’extrayant du sol, et une acrobate parcourant l’espace aérien du plateau. Les idées du chorégraphe, si certaines peuvent rappeler quelque chose de déjà vu, sont globalement nouvelles.

Ceci dit, ce qui me gène dans le spectacle de Découflé, c’est que je n’y vois pas de thème majeur englobant l’ensemble des « Nouvelles pièces courtes », aucune idée transversale parcourant le spectacle. J’avais imaginé un instant les lignes géométriques, mais non, ça ne marche pas. Au final, on a plus le sentiment d’un spectacle créé pour en mettre plein les yeux (et les oreilles) du public (et ça fonctionne), plutôt qu’un argument destiné à dire quelque chose, à exprimer du sens. Et c’est sans doute un peu dommage !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'oubliez pas de signer votre commentaire (nom ou prénom ou pseudo...)