jeudi 5 octobre 2017

Un joli biopic sur Marx et Engels

Raoul Peck, qui nous a présenté il y a quelques mois le documentaire « I am not your Negro », est à nouveau à l’affiche des salles obscures, avec un biopic sur la jeunesse de celui qui a révolutionné la philosophie, et surtout expliqué comment fonctionne les sociétés capitalistes, « Le jeune Karl Marx ».

Le film débute dans l’atelier de filature du père de Friedrich Engels, alter ego de Marx. Une jeune fille a la main broyée, le père est sourd à toute revendication, ce qui entraîne le fils à rompre. L’exploitation capitaliste est déjà posée.

On retrouve Marx et Engels en Allemagne, en France, en Angleterre, en Belgique, pourchassés par la police, interdits de séjour. Les deux jeunes intellectuels, accompagnés de leurs compagnes, un enfant puis deux pour Karl, rencontrent Proudhon, Courbet, Bakounine. On suit leurs périples, jusqu’à la fameuse réunion de la Ligue des Justes qui prendra le nom de Ligue des Communistes en 1847, et d’où jaillira le Manifeste et ses deux phrases les plus connues : « Un spectre hante l’Europe » en introduction et « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous » pour conclure.

Raoul Peck est resté assez fidèle à la vie des deux philosophes ainsi qu’aux débats entre les différentes lignes politiques qui traversèrent le mouvement ouvrier de l’époque. On pourra regretter les longues discussions qui parsèment le film, lesquelles semblent parfois ennuyeuses. Mais l’ensemble est joliment enlevé avec un groupe d’acteurs excellent, notamment August Diehl dans le rôle de Marx et Olivier Gourmet dans celui de Proudhon, sans oublier les deux compagnes, Vicky Krieps en Jenny Marx, laquelle a joué un rôle non négligeable dans la vie de son époux, et Hannah Steele dans le rôle de Mary Burns, l’irlandaise révoltée, amante d’Engels.

Une belle œuvre cinématographique qui a le mérite d’éclairer les jeunes et moins jeunes générations sur ce qu’est la philosophie marxiste et son application au domaine politique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'oubliez pas de signer votre commentaire (nom ou prénom ou pseudo...)