mardi 18 juillet 2017

Bach et surtout une choré exceptionnelle

En ce lundi, la chaleur lourde s’installe. Quelques courants d’air frais, comme venus d’ailleurs, sont les bienvenus.
Au Nouveau Ring où je n’étais jamais allé, Djobi Djobach par la Compagnie Swing’Hommes, se joue à guichet fermé, ce qui ne saurait être gage de réussite. Nous sommes au Purgatoire, un ange accueille les morts (les spectateurs évidemment). Surviennent J-S Bach en personne, ainsi que Jean du Voyage (chacun aura compris). Tous trois nous entraînent alors dans la Toccata au piano accompagnée par les deux guitaristes au style flamenco. Dans ce festival, faire se rencontrer des arts différents devient monnaie courante : ici, la réussite est au rendez-vous. On passera par d’autres styles de musique avant de terminer par un Rap et même un negro spiritual d’excellentes factures. Entendre Bach se lancer dans un Rap plein de poésie a quoi étonner les plus blasés.
L’humour est omniprésent, on apprend même qu’au Paradis, la grève est lancée contre la réforme du Code du Travail votée par ordonnances, c’est dire. Un excellent spectacle musical pour démarrer la journée !

Au bout là-bas, c’est comme cela que ce théâtre s’appelle, il est vrai au fond d’une impasse, exercice de psychanalyse, sur le thème du genre, d’où le titre « Nouveau(x) genre(s) »… Les séances sont nombreuses et très courtes. La femme raconte son enfance, un drame évité de justesse, sa vie de couple et le mari qu’elle veut quitter, tout cela entrecoupé de magnifiques chansons qu’elle interprète. C’était mon moment intello du Festival.

Je reviendrai plus tard sur « People what People » aux Hivernales, encore une chorégraphie exceptionnelle.

En fin de soirée, au Balcon, on fêtait Erik Satie avec « Night in White Satie ». A vrai dire, si sa musique s’écoute avec intérêt, ni ses chansons, et encore moins ses textes ne m’ont captivé. Une bonne dose d’humour n’est pas parvenue à sortir Satie de la mièvrerie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'oubliez pas de signer votre commentaire (nom ou prénom ou pseudo...)