samedi 28 novembre 2015

Plus d'espoir en Russie !

L’Idiot !, long métrage de Youri Bykov, est un film totalement noir, sans espoir en des jours meilleurs pour la Russie.

Le héros est un jeune homme incapable de s’insérer dans la société russe, parce qu’honnête. Il est à la fois rejeté par les autorités de la ville, lesquelles sont totalement corrompues, par le petit peuple qui ne connaît que la violence et la vodka, et par sa femme et sa mère. Seul son père, homme intègre lui aussi, le comprend, et pour cause.

Un jeune plombier, qui poursuit des études d’ingénieur, appelé en urgence pour une fuite d’eau dans un immeuble vétuste, constate à la vue des fissures, qu’il va bientôt s’écrouler ensevelissant ses 800 locataires. Il tente, sans succès, d’alerter les autorités afin de le faire évacuer.

Bykov n’y va pas par quatre chemins. Beaucoup auraient abuser des ellipses, lui non !
On entend les responsables municipaux s’accuser des pires corruptions, avouant puiser dans les caisses de la mairie pour leurs besoins personnels, engloutissant la vodka plus que de raison. Il s’agit d’ailleurs là du seul point commun avec le petit peuple. Celui-ci, sans aucun espoir quelconque, connaît la violence conjugale, la drogue, l’alcool. Le prologue du film est à ce titre, particulièrement violent : âmes sensibles, attention !
Voilà pour le décor !

Caméra à l’épaule, avec une troupe d’acteurs tout à fait remarquables, Bykov montre à quel point, la Russie descend aux enfers. Certaines scènes sont frappantes de réalisme, c’est Courbet, c’est Balzac, telles celles réunissant les membres de la famille : la mère, terrible de bêtise, le père et le fils dans leur intégrité absolue, la jeune femme du plombier pour qui l’honnêteté de son mari est une folie. La scène de séparation du couple dégage une émotion poignante.

Décidément, le cinéma russe, avec Léviathan, puis l’Idiot, a besoin de lancer des cris d’alarme face à une société qui semble sans réaction face aux ploutocrates, à la corruption et au crime d’état. On peut se demander d’ailleurs, fort légitimement, comment un tel film est perçu du côté de l’Oural.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'oubliez pas de signer votre commentaire (nom ou prénom ou pseudo...)